Le Syndrome d’Automutilation des Pattes

 

 

Une grave maladie héréditaire du chien qui peut être dépistée à lʼaide dʼun test ADN

Une grave maladie précoce dʼorigine génétique
Le Syndrome dʼAutomutilation des Pattes conduit à des lésions graves des extrémités podales dues à une perte de sensibilité à la douleur sur les extrémités des membres. Les chiens atteints ont tendance à lécher et mordiller lʼextrémité de leurs pattes et peuvent aller jusquʼà lʼautomutilation de phalanges et de griffes avec tuméfaction des coussinets.

Aucune boiterie nʼest observée. Dans la majorité des cas, les chiens sont euthanasiés après quelques mois dʼévolution, suite à des surinfections bactériennes ou devant lʼampleur des lésions. Les premiers symptômes apparaissent généralement vers lʼâge de 3 à 12 mois. Des cas rares ne montrent aucun signe dʼautomutilation, néanmoins les chiens ont bien une perte de sensibilité aux extrémités.

Un chien reproducteur qui est porteur sain, ne développe pas la maladie mais transmet à 50% de sa descendance la mutation génétique associée au Syndrome dʼʼAutomutilation des Pattes. Lʼéleveur non sensibilisé à cette maladie peut accoupler des reproducteurs porteurs de la mutation et faire naitre des chiots atteints.

Une maladie héréditaire peu visible mais présente
Les travaux de recherches ont été effectués par lʼéquipe du Dr Catherine André (CNRSUniversité Rennes I), en étroite collaboration avec l'équipe du Dr Manon Paradis au Canada, et avec lʼaide du Dr Alix Pommier, en collaboration avec les vétérinaires spécialistes en dermatologie, les Drs. Eric Guaguère, Pascal Prélaud, Marie-Christine Cadiergues,  Didier Pin, et avec le concours dʼautres vétérinaires praticiens, éleveurs et propriétaires.

Le Syndrome dʼAutomutilation des Pattes a été observé dans les races suivantes : lʼEpagneul Français, le Braque Allemand, lʼEnglish Springer Spaniel et le Pointer Anglais.

- En Australie : la mutation a été décrite et des symptômes observés chez les English Springer Spaniel
- En Amérique : La maladie a été décrite dans des lignées de Pointer Anglais.
- En France : Les fréquences restent relativement basses dans les races présentées ci-dessus même si chez lʼEpagneul Français, la fréquence est plus élevée. Chez le Pointer Anglais, la mutation a été observée dans la population française lors des travaux de recherche menés par lʼéquipe de Catherine André (CNRS Rennes).

Une maladie pouvant être évitée grâce à un test ADN
Les travaux de recherche ont permis de mettre au point le test AMS, un test de risque, permettant de dépister le Syndrome dʼAutomutilation des Pattes chez lʼEpagneul Français, le Braque Allemand, lʼEnglish Springer Spaniel et le Pointer Anglais. ANTAGENE est le seul laboratoire à maîtriser actuellement le procédé de réalisation du test AMS.

A lʼaide dʼun simple frottis buccal envoyé au laboratoire, lʼéleveur effectue un test AMS, qui permet de déterminer si le chien testé est homozygote normal (sain), hétérozygote (porteur sain) ou homozygote muté (atteint). Cette maladie héréditaire étant récessive, le chien porteur ne développe pas la maladie mais la transmet à 50% de sa descendance, cʼest la raison pour laquelle il est appelé « porteur sain ». Par exemple, si le mâle testé est porteur
sain, lʼéleveur devra alors faire attention dʼaccoupler ce chien avec une femelle saine afin de ne pas produire de chiots atteints.

Par ailleurs, le résultat, délivré sous la forme dʼun certificat génétique valable à vie, permet dʼapporter des garanties dans le cadre dʼune saillie ou pour justifier la vente de chiots non porteurs de Syndrome dʼAutomutilation des Pattes.

Quelle attitude adoptée pour le dépistage des chiens
Un chien reproducteur qui est porteur sain, ne développe pas la maladie mais la transmet à 50% de sa descendance.

Lʼutilisation du test AMS doit être adapté à la problématique de la race et des signes cliniques qui peuvent être observés :
- Le vétérinaire qui observe des problèmes de léchage ou de mordillage au niveau des extrémités podales chez un jeune Epagneul Français par exemple peut mettre en oeuvre le test AMS précocement pour confirmer ou infirmer le diagnostic de Syndrome dʼAutomutilation des Pattes.
Si le chiot est effectivement atteint, les parents sont donc obligatoirement porteurs. Lʼéleveur aura donc tout intérêt à connaître le statut génétique de ses reproducteurs afin dʼadapter les futurs accouplements et dʼéviter de faire naître des chiots atteints.
- Dans le cas du Syndrome dʼAutomutilation des Pattes, un éleveur en France à toutes les chances dʼavoir un élevage indemne de la maladie.
Avant dʼintroduire un nouveau reproducteur lors dʼune nouvelle acquisition ou lors dʼune saillie extérieure, lʼéleveur réalise un test AMS et sélectionne des reproducteurs sains uniquement.
Lʼéleveur ne prend pas de risque et sécurise son élevage en nʼintroduisant pas la maladie au sein de son élevage.
- La faible fréquence dans les différentes races, et plus particulièrement chez le Pointer Anglais, ne nécessite pas un dépistage systématique de tous les reproducteurs mais une attention plus particulière des reproducteurs les plus sollicités.
Un étalon, porteur de la mutation et qui se reproduit beaucoup, propage alors la maladie au sein de la race et contribue à augmenter la fréquence de la mutation et à multiplier le nombre de chiots atteints.
Le dépistage de ces reproducteurs est fortement conseillé afin de protéger la race et les élevages.