Le Syndrome Chinois chez le Beagle

Un grave problème de croissance évitable grâce à un test ADN

Le Syndrome Chinois conduit à une anomalie du développement. Un test ADN fiable permet de dépister les reproducteurs, d’adapter les accouplements pour éviter de faire naitre des chiots atteints et de propager la maladie dans la race.

Une grave maladie héréditaire
Le Syndrome Chinois, appelé également Musladin-Lueke Syndrome (MLS), conduit à des problèmes de croissance. Les premiers symptômes se manifestent à quelques semaines par une peau raide et épaisse, des yeux déformés, des douleurs, des difficultés à se déplacer entrainant une posture en danseuse.

Une maladie à surveiller
La fréquence de chiens porteurs de la mutation génétique dans la population européenne de Beagle n’est pas encore connue précisément. Cependant, des chiens atteints sont régulièrement décrits. En effet, un éleveur peut accoupler sans le savoir un mâle porteur et une femelle porteuse et engendrer une portée avec des chiots atteints.

Un chien reproducteur qui est porteur sain, ne développe pas la maladie mais la transmets à 50% de sa descendance. Un étalon, porteur de la mutation et qui se reproduit beaucoup, propage alors la maladie au sein de la race et contribue à augmenter la fréquence de la mutation et à multiplier le nombre de chiots atteints.

Une maladie évitable
Lorsque qu’un chien est atteint par la maladie, cela signifie que ses deux parents sont au minimum porteurs sains. L’éleveur non sensibilisé au Syndrome Chinois peut accoupler sans le savoir des reproducteurs porteurs de la mutation et faire naitre des chiots atteints.

Un test ADN, appelé test MLS permet de dépister Le Syndrome Chinois du Beagle avec une fiabilité supérieure à 99%.

L’éleveur pour sécuriser son élevage et ne pas prendre le risque de faire naitre des chiots atteints, doit absolument dépister ses reproducteurs à l’aide du test ADN.

Lors de l’acquisition d’un chiot pour la reproduction ou lors de l’utilisation d’un étalon pour une saillie, l’éleveur vérifie le statut génétique du chien pour le Syndrome Chinois en demandant le résultat du test ADN.

Un test ADN facile à réaliser
Le vétérinaire réalise un prélèvement par simple frottis buccal qui est envoyé au laboratoire. Le résultat, délivré en quelques jours, indique si le chien testé est sain, porteur sain ou atteint du Syndrome Chinois. Le résultat délivré sous la forme d’un certificat génétique doit être utilisé comme une garantie dans le cadre d’une saillie ou pour justifier la vente de chiots exempts de Syndrome Chinois.

Le vétérinaire qui observe prématurément des problèmes de développement chez un chiot Beagle peut mettre en œuvre le test ADN pour confirmer ou infirmer le diagnostic du Syndrome Chinois. Si le chien est effectivement atteint, les parents doivent également être testés.

L’éleveur qui connaît le statut génétique de ses chiens peut sélectionner ses reproducteurs, adapter les accouplements, éviter de faire naitre des chiots atteints et limiter la propagation de cette grave maladie de croissance dans la race.

Pour plus d'informations sur le test ADN MLS : cliquer ici
Le contenu de cet article peut être repris totalement ou partiellement à condition de citer la source "Laboratoire ANTAGENE"